Conseil d'Etat, 7 /10 SSR, du 9 juillet 1997, 168629, mentionné aux tables du recueil Lebon

Date de Résolution: 9 juillet 1997
Juridiction:Conseil d'etat
 
EXTRAIT GRATUIT

Vu la requête et le mémoire complémentaire, enregistrés les 12 avril et 10 août 1995 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour la Société MAISON BALLAND-BRUGNEAUX, dont le siège est ... ; la société demande au Conseil d'Etat d'annuler pour excès de pouvoir le décret n° 95-243 du 6 mars 1995 modifiant le décret n° 59-1036 du 4 septembre 1959 portant statut des Charbonnages de France et des houillères de bassin ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le Traité de Rome ;
Vu le code minier, notamment ses articles 145 et suivants ;
Vu la loi n° 46-628 du 8 avril 1946 sur la nationalisation de l'électricité et du gaz ;
Vu le décret n° 59-1036 du 4 septembre 1959 portant statut des Charbonnages de France et des houillères de bassin ;
Vu la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991 ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Méda, Maître des Requêtes,
- les observations de la SCP de Chaisemartin, Courjon, avocat de la Société MAISON BALLAND-BRUGNEAUX, et de la SCP Ancel, Couturier-Heller, avocat de la Société Charbonnages de France,
- les conclusions de Mme Bergeal, Commissaire du gouvernement ;

Sans qu'il soit besoin de statuer sur la fin de non recevoir opposée par les Charbonnages de France :
Sur la légalité externe du décret attaqué :
Considérant que si le décret attaqué devait, en vertu de l'article 45 de la loi du 8 avril 1946 sur la nationalisation de l'électricité et du gaz, être soumis à l'avis du Conseil supérieur de l'électricité et du gaz, il ressort des pièces du dossier que ledit conseil, contrairement à ce que soutient la société requérante a été consulté ; que le moyen tiré par la société de ce que la consultation dudit conseil aurait été irrégulière est dépourvu des précisions permettant d'en apprécier la portée ;
Sur la légalité interne du décret :
Considérant qu'aux termes de l'article 34 de la Constitution : "La loi fixe ( ...) les régles concernant ( ...) la création de catégories d'établissements publics" ;
Considérant qu'aux termes de l'article 146 du code minier résultant des dispositions de la loi du 17 mai 1946 relative à la nationalisation des combustibles minéraux : "Les mines de combustibles minéraux nationalisées sont gérées par des établissements publics nationaux de caractère industriel et commercial dotés...

Pour continuer la lecture

SOLLICITEZ VOTRE ESSAI