Décision judiciaire de Conseil d'Etat, 17 mai 2002 (cas Conseil d'Etat, 10ème et 9ème sous-sections réunies, du 17 mai 2002, 232359, mentionné aux tables du recueil Lebon)

Date de Résolution:17 mai 2002
Juridiction:Conseil d'etat
Nature :Décision
SOMMAIRE

01-02-01-04 a) La ratification de tout ou partie des dispositions d'une ordonnance intervenue à la suite d'une loi d'habilitation prise sur le fondement de l'article 38 de la Constitution peut résulter d'une loi qui, sans avoir cette ratification pour objet direct, l'implique nécessairement. La loi n° 2001-420 du 15 mai 2001 qui modifie, par son article 16, l'article L. 622-9 du code monétaire et financier dans sa rédaction issue de l'ordonnance du 14 décembre 2000, a eu pour effet de ratifier les dispositions non modifiées de cet article. De même, la loi du n° 2001-1062 du 15 novembre 2001 qui complète, par son article 71, l'article L. 712-5 du code monétaire et financier... (voir le sommaire complet)

 
EXTRAIT GRATUIT

Vu 1°), sous le N° 232359, la requête, enregistrée le 9 avril 2001 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. René HOFFER, demeurant BP 13722 à Punaauia (98717), Polynésie Française ; M. HOFFER demande au Conseil d'Etat :

  1. ) d'annuler pour excès de pouvoir les articles L. 111-1, L. 712-1 et L. 712-2 du code monétaire et financier annexé à l'ordonnance n° 2000-1223 du 14 décembre 2000, promulgué en Polynésie française par arrêté du haut commissaire de la République en Polynésie française du 9 janvier 2001 ;

  2. ) de condamner l'Etat à lui verser la somme de 20 000 F, en application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

    Points de l'Affaire N°

    ....................................................................................

    Début des visas de l'Affaire N° 233434

    Vu 2°), sous le n° 233434, la requête, enregistrée le 8 mai 2001 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Ramon B..., demeurant Punaaula B.P. 3349 à Papeete (98713) ; M. B... demande au Conseil d'Etat :

  3. ) d'annuler pour excès de pouvoir les dispositions des articles L. 111-1, L. 512-1, L. 622-9, L. 712-1 à L. 712-4 du code monétaire et financier annexé à l'ordonnance n° 2000-1223 du 14 décembre 2000 ;

  4. ) de condamner l'Etat à lui verser la somme de 4 000 euros au titre des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

    Moyens Ministre de l'Affaire N° 233434

    ....................................................................................

    Début des visas de l'Affaire N° 233436

    Vu 3°), sous le N° 233436, la requête, enregistrée le 8 mai 2001 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Tauatomo A..., demeurant ... ; M. A... demande au Conseil d'Etat :

  5. ) d'annuler pour excès de pouvoir les dispositions des articles L. 111-1, L. 512-1, L. 622-9, L. 712-1 à L. 712-4 du code monétaire et financier annexé à l'ordonnance n° 2000-1223 du 14 décembre 2000 ;

  6. ) de condamner l'Etat à lui verser la somme de 4 000 euros au titre des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

    Moyens Ministre de l'Affaire N° 233436

    ....................................................................................

    Fin de visas de l'Affaire N° 232359

    Vu les autres pièces des dossiers ;

    Vu la Constitution du 4 octobre 1958 notamment ses articles 38, 55, 72, 74 et 88-2 ;

    Vu la loi n° 57-880 du 2 août 1957 autorisant à ratifier notamment le traité instituant la Communauté économique européenne et ses annexes, ensemble le décret n° 58-84 du 28 janvier 1958 qui en porte publication, notamment l'article 227 3° de ce traité, devenu l'article 299 ;

    Vu la loi n° 92-1017 du 24 septembre 1992 autorisant la ratification du traité sur l'Union européenne, ensemble le décret n° 94-80 du 18 janvier 1994 portant publication de ce traité ;

    Vu la loi n° 99-229 du 23 mars 1999 autorisant la ratification du traité d'Amsterdam modifiant le traité sur l'Union européenne, les traités instituant les Communautés européennes et certains actes connexes, ensemble le décret n° 99-438 du 28 mai 1999 portant publication ;

    Vu la décision 91/482/CEE du Conseil en date du 25 juillet 1991 ;

    Vu le règlement (CE) 974/98 du Conseil du 3 mai 1998 concernant l'introduction de l'euro ;

    Vu la loi n° 99-1071 du 16 décembre 1999 portant habilitation du gouvernement à procéder par ordonnances à l'adoption de la partie législative de certains codes, ensemble la décision n° 99-421 DC du 16 décembre 1999 du Conseil constitutionnel ;

    Vu la loi n° 2001-420 du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques ;

    Vu la loi n° 2001-1062 du 15 novembre 2001 relative à la sécurité quotidienne ;

    Vu l'ordonnance n° 2000-1223 du 14 décembre 2000 relative à la partie législative du code monétaire et financier, ensemble le rectificatif publié au Journal officiel de la République française du 17 mars 2001 ;

    Vu le code de justice administrative ;

    Entendus de l'Affaire N° 232359

    Après avoir entendu en séance publique :

    - le rapport de M. Herondart, Auditeur, >>

    - les conclusions de Mme Maugüé, Commissaire du gouvernement ;

    Considérants de l'Affaire N° 232359

    Considérant que les requêtes de MM. A... et B... tendent à l'annulation des dispositions des articles L. 111-1, L. 512-1, L. 622-9, L. 712-1 à L. 712-4 du code monétaire et financier annexé à l'ordonnance n° 2000-1223 du 14 décembre 2000 ; que la requête de M. HOFFER est dirigée contre les articles L. 111-1, L. 712-1 et L. 712-2 du même code ; qu'il y a lieu de joindre ces requêtes pour statuer par une seule décision ;

    Considérant que l'article L. 111-1 du code monétaire et financier dispose que la monnaie de la France est l'euro ; que l'article L. 512-1 du même code prévoit que les banques mutualistes ou coopératives sont soumises au régime des fusions, scissions et apport des sociétés anonymes prévues par le livre II du code du commerce ; que l'article L. 622-9 est relatif aux pouvoirs de décision, de contrôle et de sanction du conseil des marchés financiers ; que l'article L. 712-1 dispose que les signes monétaires libellés en francs CFP ont cours légal et pouvoir libératoire en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et dans le territoire des îles Wallis-et-Futuna ; que l'article L. 712-2 dispose qu'en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et dans le territoire des îles Wallis-et-Futuna, la France conserve le principe de l'émission monétaire selon les modalités établies par la législation nationale. Elle est seule habilitée à déterminer la parité du franc CFP ; que l'article L. 712-3 prévoit que le service de l'émission monétaire en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et dans les îles Wallis-et-Futuna est assuré par l'institut d'émission d'outre-mer ; que l'article L. 712-4 prévoit que cet institut est un établissement public dont les statuts sont fixés par décret en Conseil d'Etat et que les opérations de cet institut comportent l'escompte de crédits à court et moyen terme et l'exécution des transferts entre la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française, le territoire des îles Wallis-et-Futuna et la métropole ;

    Sur les conclusions à fin de non-lieu à statuer :

    Considérant qu'aux termes de l'article 38 de la Constitution : Le gouvernement peut, pour l'exécution de son programme, demander au Parlement l'autorisation de prendre par ordonnances, pendant un délai limité, des mesures qui sont normalement du domaine de la loi. Les ordonnances sont prises en Conseil des ministres après avis du Conseil d'Etat. Elles entrent en vigueur dès leur publication mais deviennent caduques si le projet de loi de ratification n'est pas déposé devant le Parlement avant la date fixée par la loi d'habilitation. A l'expiration du délai mentionné au premier alinéa du présent article, les ordonnances ne peuvent plus être modifiées que par une loi dans les matières qui sont du domaine législatif. ;

    Considérant qu'il résulte de ces dispositions de la Constitution que, dès lors que sa ratification est opérée par le législateur, une ordonnance acquiert valeur législative à compter de sa signature ; qu'il suit de là qu'en cas de ratification, la légalité d'une ordonnance ne peut plus en principe être utilement contestée devant la juridiction administrative ; qu'il ne pourrait en aller autrement que dans le cas où la loi de ratification s'avérerait incompatible avec une convention internationale, et notamment dans un domaine entrant dans le champ d'application de l'article 6 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales, avec les stipulations de cet article, au motif qu'en raison des circonstances de son adoption, cette loi aurait eu essentiellement pour but de faire obstacle au droit de toute personne à un procès équitable ;

    Considérant que la ratification de tout ou partie des dispositions d'une ordonnance intervenue à la suite d'une loi d'habilitation prise sur le fondement de l'article 38 de la Constitution peut résulter d'une loi qui, sans avoir cette ratification pour objet direct, l'implique nécessairement ;

    Considérant que, contrairement à ce que soutiennent le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie et le secrétaire d'Etat à l'outre-mer, le législateur n'a pas entendu par les lois du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques et du 15 novembre 2001 relative à la sécurité quotidienne ratifier l'ensemble des articles du code monétaire et financier annexé à l'ordonnance du 14...

Pour continuer la lecture

SOLLICITEZ VOTRE ESSAI